Le CBG : qu'est-ce que c'est ?

Le CBG qu'est-ce que c'est?

Molécule "miracle" actuellement en plein boom, le CBD ou cannabidiol est de plus en plus connu et reconnu pour ses qualités aromatiques, gustatives et thérapeutiques. On reste cependant bien moins informés sur le CBG dont découlent CBD et THC.

La composante-mère

Découvert en 1964 par le docteur Mechoulam et le professeur Gaoni, le CBG ou cannabigerol est un des nombreux cannabinoïdes présents dans le cannabis, et on lui donne le nom de composante-mère car c'est elle qui, grâce à la lumière et à la chaleur, se transformera partiellement en divers cannabinoïdes dont les célèbres CBD et THC, ou plus précisément sa forme décarboxylée : l'acide canabigérolique ou CBGA qui donnera de la même manière le CBDA et le THCA, entre autres.


À l'instar du cannabidiol, le CBG n'est pas un stupéfiant, puisqu'il ne présente aucun effet psychotrope suite à sa consommation, ce qui en fait un des composants parfaitement légaux de la plante de chanvre.


S'il demeure relativement méconnu, c'est parce qu'il n'est plus présent dans la plante qu'en très petite quantité après la floraison de cette dernière. En effet, si c'est au moment de l'éclosion des bourgeons en fleurs qu'on le retrouve en plus grosse quantité, une fois ces fleurs arrivées à maturité il ne subsiste plus qu'en quantité infime (aux alentours des 1%).

Une molécule onéreuse

Bien que découverte en 1964 et isolée pour la première fois en 1975, les études sur la composante CBG sont, pour la plupart d'entre elles, très récentes, d'une part car, comme mentionné ci-dessus elle n'est présente qu'en très petite quantité dans la plante de chanvre après floraison, ce qui l'a quelque peu éloignée des projecteurs, et d'autre part pour d'évidentes raisons légales (étant affiliée au cannabis, elle ne jouissait pas de la meilleure des réputations jusqu'au début des années 2010).


Ce timing serré entre l'éclosion et la fin de la floraison font du CBG un composant rare et par conséquent relativement cher. De plus, il n'existe que deux méthodes pour obtenir des fleurs avec un taux de CBG important :
- cultiver des variétés génétiquement modifiées présentant un taux de cannabigerol élevé.
- récolter les fleurs avant qu'elles ne finissent leur croissance et par conséquent avant la transformation du CBG en d'autres cannabinoïdes comme le CBD

CBG et médecine

Bien qu'aucune étude clinique n'ait été menée pour tester les bienfaits du CBG sur des êtres humains avant 2019, plusieurs tests précliniques ont été fait sur des souris, des rats et des cultures de cellules cancéreuses animales.


Ainsi le CBG pourrait avoir des effets bénéfiques dans le traitement des cancers, des inflammations du tube digestif et aiderait à atténuer certaines douleurs persistantes.


À l'instar de ses filles cannabinoïdes comme le CBD, les recherches récentes tendent à montrer que le CBG aurait aussi des effets positifs sur certaines maladies de peau comme le psoriasis et l'eczéma, et serait d'une aide précieuse pour aider contre la perte d'appétit.


Difficile à trouver car précieux et prometteur, il n'est pour l'instant commercialisé que sous trois formes :
- les huiles qui sont en général mélangées à de l'huile de CBD
- les fleurs dont le taux en CBG ne monte que jusqu'à 7%, même si l'université de Valence travaille sur la Panakeia à 15% de CBG et moins de 0,3% de THC
- et les concentrés dit "isolates" dont l'absorption provoque des effets bénéfiques quasi instantanés.